dimanche 2 avril 2017

Mais les murs restent les murs

dessin pornographique dp double penetration
Taille originale : 21 x 29,7
«  Il ne pouvait rien arriver de juste, entre eux. Elle était pleine de belles conneries de Française qui se croit libérée. Comme si la liberté, ça pouvait être de se faire enfiler comme une pute par un mec qui ne veut même pas de toi une fois que t'es rhabillée. Yacine a l'habitude des filles, il discute souvent avec elles, elles ne lui font pas peur. Valentine n'était pas la première à lui taper son petit solo sur la liberté sexuelle, le droit des filles à aimer ça et pas se sentir salies parce que quelqu'un met les doigts, et patati, et patata. Ça lui plairait que ça puisse être vrai, il serait content de rencontrer une femme qui s'en tire bien. Pas qui se la raconte, pas qui se la prend dans le cul et quand elle ne peut plus s'asseoir vient monter un mytho comme quoi debout elle se sent mieux. Ça lui plairait de croire que ça peut marcher comme ça. Mais les murs restent les murs. »

1 commentaire:

  1. Le mur parla soudain de ce qui ce passait derrière les fenêtres !

    RépondreSupprimer